La nature est généreuse

La nature est généreuse.

Oh oui, elle l’est, pour qui sait le voir.

Généreuse comme peut l’être une mère aimante et attentionnée avec ses petits.

Mais elle ne délivre pas ses splendeurs en cinq minutes.

Ce n’est pas un supermarché où l’on vient se ravitailler en vitesse.

Machinalement, lisant à peine les étiquettes tellement nous sommes habitués au design des emballages.

Non, rien de cela.

La nature se livre après une phase d’approche.

La nature ne se subit pas.

Elle se vit.

Il faut montrer patte blanche.

Une seconde d’inattention et paf la main sur une guêpe posée sous les feuilles.

La nature s’apprivoise.

Elle nous apprivoise.

Elle nous teste.

Elle joue avec notre patience, essaie de capter nos véritables intentions.

Car après tout, nous venons chez elle dans l’espoir qu’elle nous nourrisse gratuitement.

Mais les lois de la nature ne fonctionnent pas comme ça.

Ce n’est pas aussi simple… et pourtant c’est à la fois limpide quand on écoute !

Cet après-midi par exemple, pleine d’entrain, je pars ramasser des châtaignes.

Premier arrêt, je longe la route et dépitée, ne trouve que des bogues vides.

J’ai alors l’idée de monter dans les bois, là où il y a moins de passage, me dis-je.

Et là : surprise !

Les châtaignes, comme les noix et les noisettes d’ailleurs, sont de véritables caméléons. Elles se teintent des mêmes couleurs que les feuilles du sol en cette saison ou les bois morts.

Farceuse la nature.

Ok, je joue.

Maigre récolte d’une quinzaine de minuscules châtaignes.

Même les glands étaient plus gros !

Retour à la voiture, un peu frustrée quand même mais résignée à ne pas rentrer avec si peu.

Je roule un bout et trouve un autre endroit pour me garer.

En descendant de la voiture, je marche sur un spécimen de bonne taille cette fois, mais pas du côté forêt que j’avais inspecté précédemment.

Non, contre toute attente, du côté des champs.

Accroupie, aidée d’un bâton, je commence à gratter toutes les couches de feuilles plus ou moins humides et là : le Graal !

Les unes après les autres, je les découvre avec la même joie que quand j’étais môme et que je venais au même endroit. Madeleine de Proust ?

Oui, la nature se livre mais elle prend son temps, car contrairement à nous, elle en a du temps.

Elle ne va pas partir, juste un peu se modifier au fil des saisons.

Et puis, bon nous, nous sommes toujours pressés, mais elle, elle est contente de nous garder un moment auprès d’elle et de se faire gratouiller le flanc.

Ben oui la preuve, elle libère une délicieuse odeur de terre et d’humus.

Aussi enivrante pour moi que le chant des sirènes.

Et puis l’heure tourne.

Et puis, tiens, je ne trouve plus rien dans ce coin, si je rentrais ?

Et c’est toujours à ce moment précis qu’en tournant à peine la tête, j’en aperçois deux magnifiques !

C’est reparti pour un tour.

Décidément la nature a l’air bien en ma compagnie, elle fait tout pour me retenir…

Ok, je joue une fois encore et je propose un deal : tu me régales généreusement et moi je débarrasse ton sol et tes racines des déchets abandonnés par mes semblables qui ne manifestent aucun respect pour toi.

Deal ?

Deal.

Et ça continue comme ça pendant plus d’une heure.

Un cri de rapace par-ci, une légère brise par là, des chevaux qui hennissent dans le champ voisin répondant sans doute aux oiseaux perchés tellement haut sur les branches que je les entends mais ne les vois.

Le temps passe et les ombres des arbres sur la route aussi.

Il est temps pour moi d’y aller.

De retourner à contrecœur à la civilisation bruyante et agitée.

Alors qu’ici le calme et l’harmonie règnent et m’imprègnent.

Ah, une dernière chose avant de partir, vu que je suis satisfaite de ma récolte, je peux même me permettre le luxe de trier mon butin et de redistribuer dans les bois les plus petites châtaignes pour les animaux et insectes qui s’en nourrissent aussi.

Pour moi, c’est aussi ça les lois de la nature : solidarité pour les plus petits que soi, et pour toutes les espèces : du partage.

Et si nous, les humains, on s’en inspirait d’avantage… ?

 

 

 

 

3 commentaires sur “La nature est généreuse

Ajouter un commentaire

  1. Merci de nous avoir emmené en ballade avec toi et d’avoir partager ce moment, ta gratitude et tout ce respect de la magnifique et généreuse dame nature avec ta plume Béatrice !

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :